52191.HR copie.jpg

CONSTRUIRE UNE ARGUMENTATION : LE TERRORISME DE DAECH ET D'AL QAIDA : UNE GUERRE IRRÉGULIÈRE ?

Le terrorisme d’Al Qaida et Daech : une guerre irrégulière ?

COMPÉTENCES TRAVAILLÉES

CONNAISSANCES :

  • Guerre irrégulière

  • Organisation terroriste

  • Al Qaida et Daech

CAPACITÉS :

  • Construire une argumentation historique ou géographique

Elément signifiant : Utiliser une approche historique ou géographique pour mener une analyse ou construire une argumentation.

  • S'exprimer

Elément signifiant : S'exprimer à l'écrit

ATTITUDES :

  • Autonomie

Elément signifiant : prendre part à une production collective

Objectifs :

  • Définir guerre irrégulière

  • Connaître les acteurs d’une guerre irrégulière et leurs motivations, leurs modalités d’action

  • Extraire des informations d'un dossier documentaire

  • Rédiger un paragraphe organisé

CONSIGNES : 

A partir du dossier documentaire et de vos connaissances, répondez au sujet suivant : « le terrorisme d’Al Qaida et Daech : une guerre irrégulière ».

Document 1 :

[C'est] une séquence d'actes de violence dûment planifiée et fortement médiatisée, prenant délibérément pour cible des objectifs non militaires, afin de créer un climat de peur et d'insécurité, d'impressionner une population et d'influencer les décideurs. [...] Le terrorisme constitue une méthode de lutte non conventionnelle s'inscrivant dans un rapport de force asymétrique. Schématiquement, on pourrait résumer le fondement de l'action terroriste comme suit : un nombre le plus réduit possible d'individus cherche à provoquer un maximum de victimes, de manière la plus médiatisée possible afin de générer le maximum de terreur/ émotion parmi les survivants/spectateurs [...]. Il vise prioritairement des cibles de nature civile : lieux publics, commerciaux, religieux, sportifs, symboliques [...] ou points nodaux de gestion des flux de toutes sortes qui innervent les sociétés contemporaines.

Jean-Marc Balencie, « Les mille et un visages du terrorisme contemporain »,

Questions internationales n° 8, juillet-août 2004

Document 2 :

Document 3 : Georges Bush et la « guerre contre le terrorisme »

Le 11 septembre, les ennemis de la liberté ont commis un acte de guerre contre notre pays. Les Américains ont connu des guerres, mais depuis cent trente-six ans, ces guerres ont toujours eu lieu à l'étranger, à l'exception d'un certain dimanche 1941(1). Les Américains ont subi des pertes humaines causées par la guerre, mais non pas dans le centre d'une grande ville par un matin calme. Les Américains ont connu des attaques surprises, mais jamais auparavant contre des milliers de civils. Tout cela nous est arrivé en un seul jour, et la nuit est tombée sur un monde différent, un monde où la liberté elle-même fait l'objet d'une attaque. [...] Notre guerre contre le terrorisme commence par Al-Qaïda mais elle ne se termine pas là. Elle ne se terminera que lorsque chaque groupe terroriste capable de frapper à l'échelle mondiale aura été repéré, arrêté et vaincu. [...] Nous consacrerons toutes les ressources à notre disposition - tous les moyens diplomatiques, tous les outils du renseignement,
tous les instruments des forces de l'ordre, toutes les influences financières et toute arme nécessaire de guerre - à la dislocation et à la défaite du réseau terroriste mondial. [...] Chaque pays, dans chaque région, doit maintenant prendre une décision. Ou bien vous êtes avec nous, ou bien vous êtes avec les terroristes. À partir de maintenant, tout pays qui continue d'abri-ter ou de soutenir le terrorisme sera considéré par les États-Unis comme un régime hostile. [...] Cette lutte n'est cependant pas celle de la seule Amérique. Et son enjeu n'est pas seulement la liberté de l'Amérique. Cette lutte est celle du monde entier. C'est une lutte de civilisation. C'est la lutte de tous ceux qui croient au progrès et au pluralisme, à la tolérance et à la liberté.

Discours de George Bush, 20 septembre 2001.

1. Référence à l'attaque japonaise sur Pearl Harbor le 7 décembre 1941.

Document 4 : la stratégie d’Al Qaida

L'Égyptien Ayman al-Zawahiri est l'idéologue puis le leader d'al-Qaida après la mort d'Oussama Ben Laden en 2011.

Nous devons nous préparer à un combat qui ne se limite pas à une région mais implique l'ennemi intérieur apostat(1) comme l'ennemi extérieur judéo-croisé(2). [...] Il faut : prendre soin de provoquer le plus de dégâts chez l'ennemi, tuer le plus de gens, car c'est le seul langage que comprenne l’Occident ; quoi que coûtent ces opérations en effort et en temps, se concentrer sur les opérations-martyres, qui sont les plus aptes à infliger des pertes à l'ennemi. [...] Libérer l'oumma(3), attaquer les ennemis de l'islam et mener contre eux le jihad exige un pouvoir islamique, sur un territoire musulman, qui dresse l'étendard du jihad et regroupe autour de lui les musulmans. Si cet objectif n'est pas atteint, notre action se limitera à de simples opérations de harcèlement qui ne porteront pas leurs fruits : la restauration du califat(4), et le départ des envahisseurs des terres d'islam.

Ayman al-Zawahiri, « Cavaliers sous l'étendard du Prophète », décembre 2001,
dans Gilles Kepel et Jean-Pierre Milelli (dir.), Al-Qaida dans le texte, PUF, 2005.

 

1. Qui a renié la foi.
2. Alliance supposée entre Israël et les Occidentaux.
3. Communauté des croyants musulmans.
4. Territoire musulman placé sous l'autorité du calife, successeur du prophète.


Document 5 :

Le Syrien Abou Mohammed Al-Adnani, porte-parole de Daech, annonce en 2014 l'instauration du califat par Abou Bakr al-Baghdadi.

Si vous pouvez tuer un incroyant américain ou européen - en particulier les méchants et sales Français - ou un Australien ou un Canadien, ou tout […] citoyen des pays qui sont entrés dans une coalition contre l'État islamique, alors comptez sur Allah et tuez-le de n'importe quelle manière. Si vous ne pouvez pas trouver d'engin explosif ou de munitions, alors isolez l'Américain infidèle, le Français infidèle, ou n'importe lequel de ses alliés. Écrasez-lui la tête à coups de pierres, tuez-le avec un couteau, renversez-le avec votre voiture, jetez-le dans le vide, étouffez-le ou empoisonnez-le. [...] Tuez le mécréant qu'il soit civil ou militaire.

Abou Mohammed AI-Adnani, message radiodiffusé de 42 minutes, 22 septembre 2014.

 

Document 6 : L’évolution du territoire contrôlé par Daech
 

Le Monde, 14 mars 2019

 

Document 7 : les attentats d’Al Qaida et Daech dans le monde

Document 8 :

S'il y a guerre, se pose le problème du statut des combattants qui y sont engagés. Les Etats-Unis ont conclu qu'ils ne pouvaient être considérés comme des combattants ni bénéficier du statut de prisonniers de guerre. «Combattants illégaux », ils seront détenus par les autorités militaires américaines, au besoin jusqu'à la paix, et jugés par des commissions militaires américaines pour les crimes qu'ils auraient pu commettre. [...] En définitive, les Américains revendiquent pour eux toutes les facilités de la guerre dans le traitement de leurs adversaires, tout en leur en refusant le bénéfice. Ils se veulent en guerre tout en déniant à leurs ennemis le droit de l'être avec eux-mêmes. [...] Le nouveau Président [Barack Obama], rompant avec les ambiguïtés complaisantes de son prédécesseur, a annoncé que les Etats-Unis ne recourraient pas à la torture dans la lutte contre le terrorisme et a pris l'engagement de fermer Guantânamo.

Gilles Andréani et Pierre Hasner, Justifier la Guerre, Presses de Sciences-Po, 2013.

 

Iklasse, tous droits réservés