52191.HR copie.jpg

L'OPÉRATION BARKANE AU MALI : "LA GUERRE CONTRE LE TERRORISME"

Qu'est ce qu'une "guerre contre le terrorisme" ?

COMPÉTENCES TRAVAILLÉES

CONNAISSANCES :

  • Conflit

  • Guerre

CAPACITÉS :

  • Contextualiser

Elément signifiant : Identifier les contraintes et les ressources d’un événement, d’un contexte historique, d’une situation géographique.

  • Employer les notions et exploiter les outils spécifiques aux disciplines

Elément signifiant : Réaliser des productions graphiques et cartographiques dans le cadre d’une analyse.

ATTITUDES :

  • Autonomie

Elément signifiant : prendre part à une production collective

Objectifs :

  • Définir la guerre et ses formes

  • Définir un conflit

  • Identifier les contraintes et les ressources d’une situation géopolitique

  • Extraire des informations d'un dossier documentaire

  • Réaliser un croquis

  • Réaliser un oral continu

CONSIGNES : 

A partir des documents, complétez  le tableau et préparez un oral de 2 min décrivant la guerre présentée dans les documents. Vous vous appuierez sur un schéma dans lequel vous intégrerez le fond de croquis joint.

Capture d’écran 2020-06-11 à 16.28.10.
Capture d’écran 2020-06-11 à 22.37.30.

J'ai besoin d'une aide pour mieux comprendre la consigne

J'ai besoin d'une aide pour réaliser le schéma

J'ai besoin d'une aide pour réussir l'oral

L'opération Barkhane est une opération militaire menée au Sahel principalement par l'armée française, avec l'aide d'autres troupes africaines et européennes, afin de lutter contre les groupes terroristes islamistes qui sont réfugiés dans cette région et lancent régulièrement des attaques contre des villages au Mali, au Burkina Faso ou au Niger. Cette opération suscite cependant des interrogations sur la légitimité, mais aussi la capacité des armées françaises à lutter contre le terrorisme.

Document 1 :

L’opération Serval s’est achevée le 31 juillet 2014. Déclenchée le 11 janvier 2013 à la demande du gouvernement malien, cette intervention militaire a permis de stopper l’offensive djihadiste qui menaçait Bamako, de mettre fin à l’organisation industrielle du terrorisme qui s’était développée dans le désert du nord Mali et de transférer la mission de stabilisation du Mali aux partenaires maliens ainsi qu’aux forces de l’ONU (MINUSMA).
Le caractère transfrontalier de la menace terroriste, notamment lié à la nature désertique de la zone sahélienne, requiert d’agir dans une zone vaste comme l’Europe par une approche régionale pour traiter les ramifications de l’organisation terroriste et contrer des mouvements transfrontaliers dans la bande sahélo-saharienne.
Cette approche doit permettre :
- d’appuyer les forces armées des pays partenaires de la BSS ;
- de renforcer la coordination des moyens militaires internationaux ;
- d’empêcher la reconstitution de zones refuges terroristes dans la région.
C’est dans cet esprit que l’opération Barkhane a été lancée le 1er août 2014.

 

Source : ministère des armées français, mars 2020

Document 2 :

Source : ministère des Armées, mars 2020
 

Document 3 :


Qu'est-ce qui explique que les groupes terroristes parviennent à main-tenir un pouvoir de déstabilisation dans la région, alors même qu'une opération militaire d'envergure de lutte contre cette menace sécuritaire est en place depuis plusieurs années? Pour l'instant les explications tardent à s'imposer. Le rapport de force est asymétrique. D'un côté, il y a des armées professionnelles entraînées, rompues à l'exercice militaire, disposant d'outillages modernes voire de nouvelles technologies, tandis que de l'autre, et par contrepoint des moyens déployés, l'organisation semble artisanale. Et pourtant ce sont les terroristes qui sont à l'initiative. Ils imposent leur calendrier, contraignant les forces légales à la réaction. [...] On observe néanmoins, depuis 2018, une évolution. Le volet militaire a été renforcé par un volet développement, englobant la notion de sécurité humaine. La catégorie «terroristes» recouvre, en effet, différentes réalités et ne doit pas masquer la pluralité des motivations de celles et ceux qui s'y agrègent ou qui y sont agrégés. Si la motivation peut être religieuse, la tentation du djihad peut aussi être opportuniste, voire monétaire. Nous disposons actuellement de témoignages de personnes qui racontent s'être enrôlées pour gagner de l'argent, ce qui signifie qu'une économie s'est développée dans le sillage du terrorisme. De tels cas interrogent les modèles étatiques et de développement qui, aujourd'hui, n'offrent pas de perspectives d'avenir.

 

Entretien avec Caroline Roussy, « La présence française au Sahel : quel avenir pour l'opération Barkhane ? », iris-france.org, 8 novembre 2019.

 

Iklasse, tous droits réservés