52191.HR copie.jpg

LE DONBASS ENTRE UKRAINE ET RUSSIE

Russie-Ukraine : un retour de la guerre froide ?

COMPÉTENCES TRAVAILLÉES

CONNAISSANCES :

  • Conflit

  • Guerre

CAPACITÉS :

  • Contextualiser

Elément signifiant : Identifier les contraintes et les ressources d’un événement, d’un contexte historique, d’une situation géographique.

  • Employer les notions et exploiter les outils spécifiques aux disciplines

Elément signifiant : Réaliser des productions graphiques et cartographiques dans le cadre d’une analyse.

ATTITUDES :

  • Autonomie

Elément signifiant : prendre part à une production collective

Objectifs :

  • Définir la guerre et ses formes

  • Définir un conflit

  • Identifier les contraintes et les ressources d’une situation géopolitique

  • Extraire des informations d'un dossier documentaire

  • Réaliser un croquis

  • Réaliser un oral continu

CONSIGNES : 

A partir des documents, complétez  le tableau et préparez un oral de 2 min décrivant la guerre présentée dans les documents. Vous vous appuierez sur un schéma dans lequel vous intégrerez le fond de croquis joint.

Capture d’écran 2020-06-11 à 16.28.10.
Capture d’écran 2020-06-11 à 10.43.31.

J'ai besoin d'une aide pour mieux comprendre la consigne

J'ai besoin d'une aide pour réaliser le schéma

J'ai besoin d'une aide pour réussir l'oral

La révolution ukrainienne de février 2014 aboutit à la destitution du président pro-russe Viktor Ianoukovytch et à l’arrivée au pouvoir d’un gouvernement intérimaire dirigé par des pro-européens. Dès cette période, la région russophone du Donbass entre en guerre contre le pouvoir ukrainien, soutenue par la Russie qui annexe une autre région ukrainienne : la Crimée.

Document 1 : la situation du Donbass, 2014-1015

Christian Grataloup, Atlas Historique, Les Arènes, 2019

 

Document 2 : Le Donbass au coeur des tensions Est-Ouest

La Russie s'inquiète de ce que des pays avec lesquels elle a vécu une histoire commune se rapprochent sur le plan stratégique de l'Organisation du traité de l'Atlantique Nord(1) (OTAN) et se fondent économiquement dans le moule de l'Union européenne. C'est pourquoi elle a revendiqué une « zone d'intérêts privilégiés », que les Européens et les États-Unis ont refusé de lui reconnaître. Voisin oriental de l'Union européenne et « étranger proche de la Russie, l'Ukraine s'est trouvée soumise à un écartèlement géopolitique qui a réveillé ses polarités territoriales Est-Ouest. Cette lutte pour l'influence a fait le lit d'une crise dont l'emballement a conduit à la guerre dans le Donbass(2). Les marches de l'escalade sont aujourd'hui difficiles à redescendre. [...] Depuis la bataille de Debaltsevo, la crise s'est muée en un conflit de basse intensité qui revêt des allures de guerre de positions. Les 20 armes lourdes censées être retirées de la ligne de contact en vertu des derniers accords de Minsk(3) — parlent occasionnellement, lorsque les belligérants souhaitent « tester » les défenses adverses. Les provocations émanant des deux côtés du front sont quotidiennes, mais n'ont débouché sur aucune escalade majeure, hormis la bataille d'Avdiivka (28 janvier - 5 février 2017), au cours de laquelle les séparatistes ont tenté — en vain — un coup de force pour se saisir de ce noeud ferroviaire.


Igor Delanoé, « Le Donbass, une carte entre les mains de Moscou »,
Manière de voir, n° 159, juin juillet 2018.
 

1. L’organisation du traité de l’Atlantique Nord  est une organisation politico-militaire créée en 1949 mettant en place une forme d’alliance militaire entre les Etats-Unis, le Canada et des pays d’Europe de l’ouest. Après la fin de la guerre froide, elle s’est élargie à de nouveaux pays d’Europe de l’Est.

2. Le Donbass est la région de l’est de l’Ukraine avec pour capitale régionale Donetsk
3. Accords de Minsk 2 : sommet organisé à Minsk (Biélorussie) les 11 et 12 février 2015 entre les dirigeants de l’Ukraine, de la Russie, de la France et de l’Allemagne afin de faire respecter le cessez-le-feu dans la région du Donbass prononcé le 5 septembre 2014.


Document 3 :

La résolution, soumise par l'Ukraine et coparrainée par les Occidentaux, a recueilli 100 voix pour, 11 contre et 58 abstentions.
L'Assemblée générale de l'Organisation des Nations unies a adopté, jeudi 27 mars, une résolution non contraignante qui dénonce le référendum en Crimée et le rattachement de la péninsule à la Russie.
La résolution, soumise par l'Ukraine et coparrainée notamment par les Occidentaux, a recueilli, sur les 193 pays membres :

  •     100 voix pour (les Etats-Unis et leurs alliés européens, arabes et asiatiques)

  •     11 voix contre (la Russie, la Biélorussie, la Corée du Nord, l'Arménie, Cuba, le Nicaragua, le Venezuela, la Bolivie, le Zimbabwe, le Soudan et la Syrie)

  •     58 abstentions (parmi lesquelles on trouve la Chine, l'Argentine, le Brésil, l'Inde, le Pakistan, l'Egypte, le Sénégal, le Gabon ou encore l'Afrique du Sud)

Une vingtaine de pays n'ont pas pris part au vote. Selon des diplomates occidentaux, cités anonymement par l'AFP(1), le nombre de « oui » à la résolution a été moins élevé que prévu, compte tenu de l'intense lobbying(2) exercé par Moscou contre le texte. Contrairement à celles soumises au Conseil de sécurité, les résolutions de l'Assemblée générale ne font pas l'objet d'un veto, mais elles ne sont pas non plus contraignantes.
Le texte adopté est similaire à celui qui avait été bloqué par un veto russe au Conseil de sécurité(3) le 19 mars. Moscou avait par avance averti mercredi que l'adoption d'une résolution par l'Assemblée n'aurait « aucun effet » sur lui.

Le Monde avec AFP, 27 mars 2014

1. Agence France Presse
2. influence et pression
3. Organe des Nations unies qui a en charge le maintien e la paix et de la sécurité internationale. C’est le seul organe dont les membres de l’ONU ont convenu d’appliquer les décisions.

Iklasse, tous droits réservés