Iklasse, tous droits réservés

COMPÉTENCES TRAVAILLÉES

CONNAISSANCES :

  • La consolidation de la démocratie en Corée du Sud

CAPACITÉS :

  • Conduire une démarche et la justifier. 

Elément signifiant : Construire et vérifier des hypothèses

ATTITUDES :

  • Autonomie

Elément signifiant : prendre part à une production collective

Objectifs :

  • Comprendre comment une jeune démocratie peut se renforcer.

  • Compléter un tableau.

Document 1 : chronologie

Document 2 : 

Euronews(1), 4 mars 2017

 

1.     Euronews est une chaîne de télévision pan-européenne multilingue d’information internationale en continu crée en 1993 et siégeant à Lyon. Disponible dans plus de 426 millions de foyers à travers 158 pays, Euronews est regardée chaque jour par 4,2 millions d'européens, faisant d'elle la première chaîne d'information internationale d'Europe.

Document 3 :

L'élection-plébiscite de Moon Jae-in à la Maison Bleue (l'Elysée sud-coréen) marque un tournant dans l'histoire de cette jeune démocratie. Certes, elle consacre une nouvelle alternance après 10 années pendant lesquelles le pays a été dirigé à la petite semaine par les conservateurs. Surtout, ce scrutin intervient après la destitution historique, en mars, de la présidente Park Geun-hye. Élue en 2012, la fille de l'ex-dictateur Park Chung-hee a été arrêtée et sera bientôt jugée pour corruption et abus de pouvoir dans une colossale affaire qui a ébranlé les fondements de l'État Et jeté dans la rue des millions de Sud-Coréens qui « se sont sentis humiliés, impuissants, insultés par le mépris des Park», comme l'expliquait un étudiant fin avril à Séoul. Moon a été l'un des grands artisans de cet automne sud-coréen aux airs de printemps citoyen. Il a porté et accompagné la volonté de changement de ses concitoyens qui exigeaient la démission d'une « présidente et de son entourage tellement sûrs et confiants dans leur pouvoir», rappelle Yoo Jung-hwan, professeur de sciences politiques à l'université Cheongju. Après un vide du pouvoir dû aux ratés et aux scandales de la présidence Park, Moon souhaite que la Corée du Sud reprenne la main sur sa destinée. Et notamment sur le bouclier antimissile américain Thaad, dont le déploiement hâtif avant la présidentielle a « manqué de procédure démocratique », disait-il il y a quelques jours. Moon devra aussi apaiser une société coréenne traversée de fractures et en quête ardente de changements, notamment pour remettre au pas les « chaebols », les puissants conglomérats du pays. Ce serait l'occasion de montrer que la Corée du Sud a tourné la page des années Park et enseveli la nostalgie mortifère de la dictature.

D'après A. Vaulerin (1), « En Corée du Sud, la victoire de Moon Jae-in, plébiscite pour la démocratie »,

liberation.fr, 9 mai 2017

 

1.     Arnaud Vaulerin est journaliste à Libération. Libération est un journal quotidien français paraissant depuis 1973. Situé à l'extrême gauche à ses débuts, Libération évolue vers la gauche sociale-démocrate ou centre-gauche à la fin des années 1970