Iklasse, tous droits réservés

COMPÉTENCES TRAVAILLÉES

CONNAISSANCES :

  • Les caractéristiques de la dictature nord-coréeenne

CAPACITÉS :

  • Conduire une démarche géographique et la justifier. 

Elément signifiant : Construire et vérifier des hypothèses

ATTITUDES :

  • Autonomie

Elément signifiant : prendre part à une production collective

Objectifs :

  • Comprendre les caractéristiques d'une dictature.

  • Compléter un tableau.

Document 1 : chronologie

Document 2 : 

Kim Jong-un avait moins de 30 ans lorsqu'il fut propulsé à la tête de la Corée du Nord à la suite de la mort soudaine de son père, en décembre 2011. Bien qu'héritier en titre depuis 2009, il était loin d'avoir en main les leviers du pouvoir dans ce régime monolithique. Bien sûr, les analystes étrangers voyaient en lui un symbole de la continuité de la lignée des Kim - son grand-père, Kim ll-sung, fondateur du pays en 1948, puis son père, Kim Jong-il, qui lui succéda en 1994 -, mais tous pensaient qu'il serait vite manipulé par la vieille garde. Certains reprenaient volontiers les antiennes sur l'effondrement annoncé du régime, jugé « inévitable » voire « imminent » depuis 20 ans. Six ans plus tard, non seulement celui-ci est toujours en place, mais le jeune dirigeant y a consolidé sa position. Après avoir éliminé avec force toute dissidence potentielle, il s'est même mué en chef de guerre, n'hésitant pas à défier les États-Unis.

Dans un rapport des Nations unies de 2014 sur les violations des droits de l'homme, la RPDC est accusée de crimes contre l'humanité. Selon Cheong Seong-chang, « Kim Jong-un a en fait procédé à moins de purges que son père au cours des 6 années écoulées (sans doute 200 personnes) », mais il s'y est employé de façon plus spectaculaire. Après avoir épuré la hiérarchie militaire, il a rajeuni la structure sclérosée du parti. Ainsi, en octobre 2017, il a renouvelé un quart des cadres des instances dirigeantes (bureau politique, commission militaire centrale). « Plus confiant dans l'appareil, il délègue davantage : toutes les décisions importantes sont discutées dans les plus  hautes instances du parti alors que père avait le goût du secret et décidait avec ses plus proches collaborateurs », poursuit le chercheur.

D'après Ph. Pons(1), « Kim Jong-un, le dictateur le plus énigmatique de la planète», Iemonde.fr, 7 février 2018.

 

1. Philippe Pons est journaliste au Monde, spécialiste de l’actualité de l’Asie de l’est et du sud-est.

Kim Jong-un en avril 2018

Document 3 :

Hommages sur la colline Mansu à Pyongyang le 15 avril 2019 devant les statues du fondateur du régime Kim Il Sung et son fils Kim Jung Il à l'occasion du "Jour du Soleil" commémorant la naissance de Kim Il Sung. 

Kim Il Sung dirigea le pays de 1948 à 1994, son fils Kim Jung Il dirigea le pays de 1994 à 201. Kim Jong Un, fils de Kim Jong Il, lui succède en 2011.

AFP - Ed JONES