ÉTATS-UNIS-MEXIQUE :  UN MUR PEUT-IL LES SEPARER ?

Etats-Unis-Mexique : un mur peut-il les séparer ?

COMPÉTENCES TRAVAILLÉES

CONNAISSANCES :

  • Frontière

  • barrières frontalières

  • Flux

  • régions transfrontalières

CAPACITÉS :

  • Conduire une démarche et la justifier. 

Elément signifiant : Construire et vérifier des hypothèses.

ATTITUDES :

  • Autonomie

Elément signifiant : prendre part à une production collective

Objectifs :

  • Catégoriser une frontière

  • Comprendre ce qu’est un espace transfrontalier

  • Construire et vérifier des hypothèses

  • Extraire des informations d’un dossier documentaire

  • Répondre à un questionnement en reformulant

QUESTIONS : 

  1. En  quoi consiste le projet de Donald Trump ? Quels sont ses objectifs ?

  2. Quels sont les différents flux qui traversent la frontière ?

  3. Identifiez les infrastructures qui entravent les flux et celles qui les favorisent (documents 1, 2, 3, 5)

  4. En quoi la frontière symbolise le fonctionnement de la division des tâches dans la mondialisation ? (documents 4 et 5)

  5. A partir de vos réponses, des documents et des vidéos, caractérisez en justifiant votre réponse le type de frontière : fermée, filtrante, ouverte ?


 

J'ai besoin d'une aide pour répondre

J'ai besoin d'une aide pour réussir l'oral

Document 1 :

Donald Trump devant un prototype du mur qu'il veut construire à la frontière avec le Mexique, le 13 mars 2018. En réalité, le mur de Donald Trump est un prolongement de la barrière existante depuis 2006.

Document 2 : la frontière entre les Etats-Unis et le Mexique au niveau de Tijuana

A gauche, les Etats-Unis, à droite, la ville de Tijuana au Mexique. Entre les deux, la barrière de séparation construite depuis 2006.

Document 3 :

le poste frontalier de San Ysidro, le plus fréquenté au monde, situé au sud de San Diego (Californie). Il enregistre 150000 passages par jour.

Document 4 :

Document 5 : La Mexamerica : un espace transfrontalier fermé et surveillé

À l'heure de la mondialisation et du multiculturalisme, la frontière Mexique/ États-Unis peut apparaître comme une sorte de laboratoire où se combinent les effets de la division internationale du travail et les apports d'un métissage culturel. En 2015, sur 63 millions de visiteurs à la frontière mexicaine, on a recensé 49 millions d’« excursionnistes frontaliers » (leur visite étant inférieure à 24 heures) qui ont dépensé 1,5 milliard de dollars. Vers les États-Unis, ces chiffres sont plus importants encore. On compte 75 millions d'excursionnistes frontaliers sur 84 millions de visiteurs, motivés par la fréquentation des mails et des supermarchés des villes frontalières ils ont dépensé 3 milliards de dollars. Au cours des 20 dernières années, l'essor du trafic de drogue est venu compliquer les relations entre les deux pays. Au Mexique, la frontière Nord est une zone de transit vers les États-Unis. Les liens tissés par les jeunes délinquants installés de part et d'autre de la frontière font que de nombreux street gangs se sont développés dans les grandes villes mexicaines. C'est néanmoins l'industrie maquiladora qui a le plus contribué au développement économique des régions. La répartition des tâches entre les deux pays s'est concrétisée par la construction d'usines jumelles. Au nord, un établissement rassemble les fonctions d'encadrement et de gestion. Au sud, l'usine d'assemblage qui en dépend voit son rôle limité à des fonctions productives centrées sur le travail manuel. Un long chapelet de villes jumelles concrétise cette organisation territoriale depuis Tijuana-San Diego jusqu'à Matamoros-Brownsville en passant par Mexicali-Calixico.

 

D'après A. Musset et J.-Y. Piboubès, Géopolitique des Amériques, Éd. Nathan, 2017.


Document 6 : Qu’est-ce qu'un territoire transfrontalier ?

« Les territoires transfrontaliers renvoient à une idée de lien et d'échanges. Parler d'espace transfrontalier suppose que la frontière présente un certain degré de porosité (l'ouverture l'emporte sur la fermeture), qu'elle est reconnue par les États (ligne stable) et que les conflits y ont disparu (frontière apaisée). Le passage du frontalier au transfrontalier renvoie à l'idée que le lien l'emporte sur la séparation et que des échanges structurés, organisés et durables s'effectuent sur de courtes distances de part et d'autre de la frontière (distincts des échanges transnationaux). Certains échanges se développent en raison de l'existence de différentiels (de coûts, d'offre, de structure par âge, etc.). La porosité de la frontière permet également la diffusion de certains caractères d'un territoire à l'autre. Dans les deux cas, une certaine durée est nécessaire pour identifier de véritables échanges transfrontaliers. [...] Les relations transfrontalières sont en mesure de croître sans contraintes : les contrôles deviennent sporadiques et le nombre de points de passage augmente. La croissance de la perméabilité et de la connectivité(1) instaure une meilleure accessibilité entre les lieux séparés par la frontière.

 

Bernard Reitel, Patricia Zander, « Espace transfrontalier », www.hypergeo.eu, consulté en 2019.

 

1. Ensemble des connexions qu'offre un lieu pour relier les autres lieux alentours.

 

Iklasse, tous droits réservés