Iklasse, tous droits réservés

COMPÉTENCES TRAVAILLÉES

CONNAISSANCES :

  • La périodisation

CAPACITÉS :

  • Construire une argumentation historique 

Elément signifiant : Procéder à l’analyse critique d’un document selon une approche historique. 

  • Conduire une démarche géographique et la justifier. 

Elément signifiant : Construire et vérifier des hypothèses sur une situation historique.

ATTITUDES :

  • Autonomie

Elément signifiant : prendre part à une production collective

Objectifs :

  • Comprendre que la périodisation est une construction qui n’est pas neutre

  • Extraire des informations d’un dossier documentaire.

  • Travailler en groupe dans le calme.

Document 1 :

S’il reste beaucoup à faire pour la préciser, l’histoire de la périodisation canonique(1), entendue comme le découpage de l’histoire en quatre grandes périodes, à savoir l’Antiquité, le Moyen Âge, les Temps modernes et l’époque contemporaine, est connue dans ses grandes lignes. Elle est déjà ancienne : c’est au début du XVe siècle que les humanistes italiens entreprennent de distinguer l’Antiquité des « temps modernes » et c’est peu après, dans la seconde moitié du siècle, que s’intercale entre ces deux périodes un «temps intermédiaire», le Moyen Âge. Ce triptyque(2) se diffuse en Europe au cours des XVIe et XVIIe siècles et fonde la périodisation savante de l’histoire du monde qui voit alors le jour (…). Plus tardive, évidemment, la dissociation(3) de l’époque contemporaine et des Temps modernes est traditionnellement datée, en ce qui concerne la France, de la seconde moitié du XIXe siècle. 

Le Bihan Jean, Mazel Florian(4), « La périodisation canonique de l’histoire : une exception française ? », Revue historique, 2016/4 (n° 680), p. 785-812. DOI : 10.3917/rhis.164.0785. URL : https://www.cairn.info/revue-historique-2016-4-page-785.htm

  1. traditionnelle et acceptée par les historiens.

  2. en trois parties

  3. séparation

  4. Jean Le Bihan est professeur d’histoire contemporaine à l’université de Rennes 2. Florian Mazel est un historien médiéviste, spécialiste de d’histoire sociale, enseignant à l’université d’Aix-Marseille

Document 2 :

Le 25 mai 1453, la ville de Constantinople(1) s'enveloppa d'un brouillard épais, que trouaient d'étranges lueurs. (L'année précédente], dans l'Océan indien eut lieu [une] catastrophe volcanique, que les spécialistes reconnaissent comme l'une plus violentes des 10 000 dernières années. L'éruption explosive du Kuwae(2) a éjecté 35 kilomètres cubes de matières dans l'atmosphère, produisant un nuage qui fit écran au rayonnement solaire et provoqua une baisse de la température mondiale moyenne de 0,7 à 1 degré pendant un à deux ans. D'où le nuage observé à Constantinople comme dans bien d'autres villes du monde. Depuis l'Ecosse jusqu'à la Corée, les sources enregistrent les mêmes dérèglements climatiques : on s'inquiète au Caire de l'insuffisance de la crue du Nil et la famine rôde à Moscou. "1452, éruption du Kuwae" fait donc un candidat sérieux au titre de date de l'histoire du monde au XVe siècle. Bien plus en tout cas que la prise de Constantinople l'année suivante, pourtant scolairement célébrée comme la fin du Moyen Âge en Europe occidentale. »

Patrick Boucheron(3), préface à L'Histoire du monde au XVe siècle, Fayard, 2009.

 

  1. Actuelle Istanbul. Constantinople était la capitale de l’empire byzantin.

  2. le volcan Kuwae se situe en Mélanésie dans l’océan Pacifique. L’explosion du volcan a eu lieu en 1452

  3. Patrick Boucheron est un historien médiéviste, spécialiste de l’Italie médiévale et de l’écriture de l’Histoire. Il enseigne au collège de France, un grand établissement d’enseignement et de recherche.

Document 3 :

Les partisans de la Renaissance comme période spécifique ont retenu comme décisifs des événements qui se sont produits aux XVe-XVIe siècles (…). J'estime quant à moi que le changement de période, la fin du long Moyen Âge, se situe au milieu du XVIIIe siècle. Il correspond aux progrès de l'économie rurale soulignés et théorisés par les physiocrates(1) ; à l'invention de la machine à vapeur, imaginée par le Français Denis Papin en 1687 et réalisée par l'Anglais James Watt en 1769 ; à la naissance de l'industrie moderne qui, de l'Angleterre, va se diffuser sur tout le continent. Dans le domaine philosophique et religieux, le long Moyen Âge se termine avec l'ouvrage qui introduit la pensée rationnelle et incroyante, la science et la technologie modernes, l'Encyclopédie dont Voltaire et Diderot sont les animateurs les plus brillants. Enfin, la fin du XVIIIe siècle correspond, dans le domaine politique, au mouvement antimonarchique décisif de la Révolution française.

Jacques Le Goff(2), Faut-il vraiment découper l’histoire en tranches ?, Le Seuil, 2014

 

  1. partisans de la physiocratie. La physiocratie est un courant de pensée qui s’est développé au XVIIIe siècle autour de François Quesnay. Ils prônent la liberté du commerce et le développement de l’agriculture moderne.

  2. Jacques Le Goff est un historien médiéviste français (1924-2014). Il fut l’un des codirecteurs de la revue Annales. Histoire, Sciences sociales et s’intéressa à l’histoire des mentalités.